Où on lève haut le coude

Chez les nains, il y a un dicton qui circule beaucoup au lever du jour, quand les auberges commencent à fermer leurs portes et que les naines ont compris qu’elles ont encore une fois passé la nuit seules à se tresser la barbe… “Si tu es encore assez frais pour lever le coude, r’prends en donc une dernière !”

Et le meilleur endroit pour cela, c’est bien évidemment la Taverne Lèvecoude ! Située dans le quartier de Thùrinsgraf, c’est LA bonne adresse pour boire un coup, écouter un petit air voir même se laisser aller à danser un peu.

Tenue depuis des temps immémoriaux par la famille Lèvecoude (que leur barbe pousse toujours plus drue !), elle est réputée pour sa bonne chère, sa bière brassée maison et pour avoir accueilli sur sa scène la fine fleur des groupes locaux (ou étrangers).

ScreenShot00422
– Concert des Compagnons d’Infortune –

Laissez-moi pour un article vous ouvrir les portes de ce lieu réputé, et qui sait, peut-être vous donner envie d’y venir boire un coup par vous-même !

ScreenShot00590
– L’entrée –

Déjà, le vestibule donne le ton directement, on comprend très vite qu’on est pas là pour rigoler, mais que la boisson ici est une affaire que l’on prend très au sérieux ! Pour confirmer cette impression, le tenancier a accroché au mur de l’entrée un tableau représentant toutes les “petites natures” venues ici et ayant quitté les lieux après avoir hum… mal supporté la bière naine ?
Manhiks, le Tavernain, assure pourtant que ces portraits ne sont pas là pour empêcher ces personnes fragiles d’entrer, mais plutôt pour pouvoir les surveiller du coin de l’œil et éviter que les estomacs délicats ne ruinent pas son intérieur.

ScreenShot00438
– Manhiks Lèvecoude, le Tavernain –

– “Les chochottes, j’préfère les avoir sous l’coude !” me confie-t’il en me gratifiant d’un clin d’œil jovial, ce qui m’oblige à sourire d’un air entendu, espérant vider ma chope dignement (il est 9h quand même).

lotroclient 2016-09-05 01-07-01-08
Vous remarquerez que ne figurent à ce tableau des “déshonneurs” que des grandes ou des belles gens… (je dis ça je dis rien).

Et les chopes, ici, il y en a des tas. Le Tavernain, très ami avec la famille Blanchépine, leur a commandé pour son auberge d’empailler ses trophées de façon un peu… étrange, mais qui se veut de bon goût, puisqu’après tout, on est ici pour s’amuser. Alors, entrez donc, n’ayez pas peur des drôles d’animaux, ici, la détente est à l’honneur !

Je remarque tout de même un détail qui me chiffonne… Ne serait-ce pas l’enseigne du Poney Fringuant, accrochée ici, tel un défi ? A mes questions, Manhiks se contente de grommeler de vagues propos concernant Prosper Poirrebeurré, le qualifiant de “benêt” et de -et j’ai presque honte de vous avouer ces durs qualificatifs- “tête de pioche”, ce qui est une insulte lourde de sens chez nos amis barbus, c’est bien connu.

Toujours est-il que je n’en saurai pas plus sur le pourquoi du comment de la présence de cette enseigne ici. Mais qu’importe, laissez-moi maintenant vous montrez le cœur de la Taverne, là où tout se passe,

– “Et où les neurones trépassent !” s’exclame joyeusement Manhiks en m’incitant à pénétrer dans la grand’ salle, non sans me tendre une deuxième chope (mais d’où les sort-il ?).

lotroclient 2016-09-05 01-09-37-53
– La grand’ salle –

Bien qu’étant une habituée, c’est la première fois que je découvre la Taverne en journée, et donc vide, me permettant de profiter pleinement de la décoration des lieux, ce qui est un peu le but de ma présence ici tout compte fait.

Comme dans toute auberge qui se respecte, il y a toujours à boire à portée de main. Je remarque immédiatement les nombreuses étagères croulant sous les chopes de toutes tailles, certainement prêtes à être remplies à l’arrivée du moindre client. Je retrouve également de nombreux animaux empaillés chope à la main (ce qui est en fait très caustique quand on a soi-même un petit coup dans le nez). Je fais un peu le tour de la pièce, et note l’arrangement bien pensé autour de la scène principale.

Le Tavernain recevant souvent des groupes de musique chez lui, il a aménagé une piste de dance au centre de la pièce, permettant aux gens qui le veulent de bouger sans craindre de renverser ni de casser quelque chose (il me confie également avoir retiré les tapis pour la même raison, les retrouvant très souvent tâché et poisseux). Mais, pour ceux qui souhaitent simplement écouter (ou bien pour les mauvais danseurs), des chaises et tabourets sont à disposition tout autour de la salle.

Mon attention se porte vers le devant de la scène, ou je retrouve avec plaisir un coin “hobbit” arrangé par Manhiks pour permettre aux hobbits de profiter du spectacle sans être gêné par les grands. Malheureusement, il en profite également pour m’offrir une autre chope, judicieusement posée sur la table verte, avant de m’inviter à admirer deux tonneaux très spéciaux.

Là, le Tavernain plisse les yeux, prend une voix très grave, et commence à me raconter qu’il y a bien longtemps, lui aussi fricotait avec les magiciens, et plus particulièrement avec ce très cher Radagast le Brun.

– “Ce gros âne de Prosper n’a pas le monopole, non mais !” s’écrit-il en renversant une partie de sa chope par terre (me permettant de mieux saisir l’allusion aux tapis tâchés), “Moi aussi j’ai de puissants amis, et la magie n’a aucun secret pour moi !”

Je m’apprête à lui répliquer qu’aux dernières nouvelles, Radagast était cloîtré dans une tour à parler à des crapauds, écureuils et autres nuisibles, mais il me paraît plus judicieux de m’abstenir de tout commentaire et de siroter ma bière tranquillement.

– “Bref,” continue le nain, maintenant échauffé. “Ce bon vieux Radagast avait l’habitude de venir boire un petit coup chez moi, mais la distance l’ennuyait -ce n’est pas tout le monde qui peut se payer un Méaras de course-” grommelle-t’il à mi-voix. “Aussi a-t’il enchanté deux tonneaux afin qu’ils le ramènent à la destination de son choix ! Bon… Il est probable que le sort ait quelque peu dévié, mais bon, est-ce que cette larve de Poiredebeurré peut se vanter de posséder un tel trésor, hein ?!”

Je ne vous en révélerai pas plus sur ces fameux tonneaux, mais sachez qu’ils offrent des possibilités… inattendues !

Laissant le Tavernain continuer d’invectiver le tenancier du Poney, je file discrètement dans la pièce attenante à la grande salle afin de reprendre un peu mes esprits, la bière naine, ah ! Je m’installe sur le banc moelleux mis à disposition près de la cheminée, et en profite pour me reposer un peu.

lotroclient 2016-09-05 01-18-14-48
– L’arrière salle –

Ici, tout est calme, et je sais d’expérience que les bruits de la salle principale ne portent pas, ou très peu, jusque ici. Dans ce calme, je ne peux m’empêcher de repenser avec nostalgie à toutes les personnes que j’ai rencontrées ici, autour d’une bière et d’un feu de cheminée ; une musicienne elfe qui maniait les mots comme personne, toutes ces danses avec le plus gentil des Pirate (il ne faudra rien en dire, c’est mauvais pour son image), les rires du Tavernain qui raisonnaient, un érudit au grandes oreilles qui ne voulait jamais danser, des soldats du Gondor à la lame vive et au cœur tendre, une chasseuse dont la beauté me rendait jalouse, mes roulades avec le nain le plus attachant du monde, des hommes, des nains, des elfes, des hobbits, tous amis entre ces murs.

Heureusement, j’entends Manhiks revenir, juste à temps pour éviter que je verse une larme sur ces instants à jamais révolus. Me voyant mélancolique, il me montre sa dernière trouvaille.

lotroclient 2016-09-05 01-10-32-87
Cela ne vous rappelle rien ?

– ” La Bière Extraordinaire !” s’exclame-t’il fièrement.

Et il a de quoi être fier en effet, je ne peux m’empêcher d’ouvrir de gros yeux d’étonnement devant cette bière, que je sais de source sûre être LA bière la plus prisée au palais de Thorin (et il faut jouer des coudes pour l’obtenir, aussi mon admiration pour le Tavernain augmente-t’elle également considérablement).

Evidemment, il insiste pour que j’en boive une chopine, et… comment refuser de goûter à la reine des bières ?!

Il insiste également pour me montrer l’étage et sa réserve “personnelle”, mais, devant mon état qui commence à être visible, je préfère décliner poliment, me déclarant indigne de cet honneur (et surtout dans l’espoir de pouvoir vite sortir respirer un peu d’air frais, ne voulant pas finir au tableau des “déshonneurs”).

Manhiks, pas dupe pour un sou, sourit de toute sa barbe et me raccompagne jusqu’à l’entrée, en me faisant promettre de vite revenir, ce dont je l’assure bien évidemment.

Tous le(s) monde(s) se retrouve aux soirées Lèvecoude !

 

Pour boire un coup, écouter de la musique ou bien juste passer un moment à hésiter auquel des deux tonneaux vous allez boire, c’est ici :

2, route Mousseuse

Thùrinsgraf

Résidences du Palais de Thorin


Si vous avez tout lu, bravo ! J’ai laissé courir ma plume bien plus loin et plus longtemps que ce dont j’avais l’intention, mais comme on dit, quand on aime on ne compte pas !

Hobbitement vôtre,

~ Prunaprismia

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 Comments

  1. J’ai tous lu ;). J’ai même l’honneur de figurer sur une des photos :D.

    Article très agréable et divertissant de la part de notre hobbit préférée. Ca donne un nouvel aperçu de la taverne (en fin de soirée, surtout c’est un peu compliqué d’admirer les détails de la décoration).

Laisser un commentaire